La menace des accidents de la vie courante

Le développement de la technologie, d’avantages d’équipements ménagers, un système de construction plus complexe,… tels sont les éléments de notre quotidien que l’on croit tout à notre avantage, mais qui nous causent tout de même de plus en plus d’accidents, nous vulnérabilise. En effet, notre vie quotidienne est sans cesse à la merci de menaces, sachant que les accidents de la vie courante causent environ 19000 décès par an et des millions d’hospitalisations. Mais que considère-t-on comme les accidents de la vie courante? Il s’agit des faits ou actions non intentionnels causant un dommage corporel à la victime. Ils peuvent survenir dans l’enceinte du domicile : dans les cages d’escalier, la douche, la cuisine, le jardin, etc., ou à l’extérieur : dans le milieu scolaire, durant la pratique d’un sport ou d’un loisir, dans un magasin, chez le médecin, etc. Seuls les accidents de la route et les accidents professionnels n’en font pas partie.

La solution avec l’assurance garantie des accidents de la vie

Tandis que plusieurs dispositifs ont été envisagés par le gouvernement français pour endiguer les accidents de la vie courante, l’assurance Garantie Accident de la Vie semble être la meilleure solution. La Fédération Française des Sociétés d’Assurance a ainsi mis en place avec les compagnies d’assurance un label GAV avec des garanties de base communes. Cela implique alors la couverture des accidents de la vie tels que présentés précédemment. La GAV peut être souscrite à titre personnel ou dans un contrat familial. En d’autres termes, l’assurance GAV permet au souscripteur de bénéficier d’une indemnisation en cas d’accidents de la vie courante avec pour conséquence un dommage corporel ou même un décès. La gravité du dommage (handicap, incapacité de travail, décès, etc.) est prise en compte dans l’indemnisation. Par ailleurs, chaque assureur peut ajouter des garanties supplémentaires à condition de respecter l’offre de base. C’est pour tous ces avantages que l’assurance GAV compte, en France, près d’une dizaine de millions de souscripteurs, dont la cotisation s’est élevé à 500 millions € pour la seule année 2009.